Toulouse

Manifestation anti-Sivens : « 23 commerces ont été dégradés »

anti sivens magasin degradation 21.02.15

La banque CIC dégradée pendant la manifestation anti-Sivens. Photo / Crédit Médiacit

Deux jours après les violents débordements qui ont éclaté en marge de la manifestation contre le barrage de Sivens et les répressions policières, « 23 commerces ont subi des dégradations ». Une situation qui provoque colère et désarroi du côté des commerçants.

 

Il est environ 16h quand après deux heures de manifestation, des tirs de gaz lacrymogène répondent à des jets de projectiles sur les forces de l’ordre. C’est à ce moment que la situation dégénère. Des dizaines d’individus, tout de noir vêtus et encagoulés allument des fumigènes, lancent des ampoules de peinture, taguent des murs ou cassent les vitrines de plusieurs boutiques. Deux jours plus tard (lundi), restent comme seuls stigmates de ces évènements les vitrines éventrées des magasins et des banques. Les commerçants ont pour certains seulement découverts ce matin (lundi) l’état de leurs enseignes et restent abasourdis de colère et de frustration. « Je suis exaspérée », témoigne la gérante de l’établissement Vinci Immobilier qui ne souhaite « pas blâmer les policiers qui ne peuvent pas intervenir de partout ». Présents dans des locaux lors des dégradations, les employés du bureau de transfert d’argent Sigue se disent « choqués mais pas surpris ». Pour Laurent Lopez, élu de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toulouse et vice-président de l’Association des Commerçant de la place Saint-Etienne, qui a lui aussi été victime de dégradations sur sa devanture, le Préfet « a commis une faute en autorisant cette manifestation car la mission d’un préfet est de garantir la sécurité et les biens d’autrui et on peut dire que cette mission a été bafouée ». Il note un véritable « ras-le-bol » et regrette que même si « la plupart des commerçants sont assurés, pour certains, c’est la cinquième fois depuis novembre qu’ils sont victimes de dégradations et ils vont devoir payer plus et des franchises à leurs assurances alors qu’ils ne sont pas responsables ». Dans un communiqué publié dimanche, le Premier ministre a précisé que « toutes les dégradations seront prises en charge par l’État ».

 

« 23 commerces qui ont subi des dégradations »

Ce lundi, le Préfet, le Directeur départemental de la Sécurité Publique et le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) se sont réunis pour dresser un bilan des débordements de samedi. Alain Di Crescenzo, le président de la CCI, a d’abord tenu à féliciter le Préfet pour sa réaction face aux évènements avant de donner le plan d’attaque créé afin de renforcer la coopération entre l’autorité publique et les commerçants. La prévention va donc être renforcée et les commerçants vont être accompagnés afin de négocier au mieux des remboursements de la part des assurances.
Le Préfet et le directeur de la sécurité publique ont dénombré « 23 commerces ayant subi des dégradations durant la manifestation » mais que le préjudice matériel n’est pas encore connu en euro. « Ça le sera d’ici la fin de la semaine », promet le préfet qui a confirmé l’arrestation de 15 personnes durant et après la manifestation, mais également d’« une dizaine en amont ».

Sur ces 15 personnes, « douze l’ont été pour violence sur fonctionnaires des forces de l’ordre, deux autres personnes ont été interpellées en flagrant délit de vandalisme avec des marteaux et des burins. Enfin, une autre personne à été arrêtée pour port d’arme illégal, ces armes étant deux grands couteaux. Parmi ces personnes, 8 vont être déférées en comparution immédiate dès cet après-midi, 6 convoquées à comparaître en correctionnelle et l’homme qui possédait les deux armes blanches sera lui convoqué en vue d’une future convocation au pénal ».

Dans l’après-midi, les verdicts pour quatre des comparutions immédiates sont tombés : trois ont écopé de peine de travaux d’intérêt général (TIG) allant de 180 à 200 heures. Le quatrième lui a subi une sanction plus lourde puisqu’en plus de 70 heures de TIG, il a aussi été condamné à 2 mois de prison avec sursis.



A lire egalement

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2013 FUEL THEMES. All RIGHTS RESERVED.